Le 19 décembre 2016

 

Bonsoir!

 

Il y a des enfants qui sont très exigeants envers eux-mêmes. Ils sont souvent déçus de ce qu'ils font comme travaux ou créations artistiques.

 

Je vous transmets ci-dessous un enseignement que m'avait donné Sylvie concernant certains enfants lorsqu'ils dessinent. J'ai beaucoup aimé le réentendre cette semaine. C'est une joie de vous en faire une transcription.

 

'' Il ne  faut pas leur donner une gomme à effacer ou une règle parce qu'il y a des enfants une fois qu'ils ont ces instruments là, on ne peut pas faire autrement, on ne peut pas faire une maison, c'est épouvantable! Je dois leur dire que la main est aussi comme une aile d'oiseau qui écrit, qui est en harmonie, qui est complètement liée avec le cœur soleil et c'est la pensée du cœur soleil qui dessine. Si ce n'est pas bien fait à leur idée, que cela est un peu tordu et bien c'est cela qui fait la vie. Par exemple, une maison quand elle est toute bancale, elle est adorable.

 

S'ils font un dessin d'eux-mêmes assez épouvantable parce qu'ils sont en colère, ou de la famille, ils ont envie de répondre. Nous devons les faire parler, c'est important. On apprend des choses et cela nous permet de les aider. Ils ont une souffrance, ils doivent aussi l'exprimer, car en l'exprimant ils vont aussi chercher l'espoir. C'est là que nous pouvons leur dire un mot de réconfort. Il y a une guérison qui s'installe en même temps qu'ils construisent et que tu construis. ''

 

Si vous appréciez cet enseignement de Sylvie, j'ajoute pour vous un peu de mon vécu :

 

J'ai une élève qui n'était jamais satisfaite de sa calligraphie. Après avoir discuté avec mes élèves du contenu de  l'enseignement ci-dessus '' la main comme une aile d'oiseau '', '' c'est cela qui fait la vie '', celle-ci a accepté de poursuivre la pratique de ses lettres avec calme, joie et sourire complice avec moi. 

 

Allons donc plus loin dans ce partage d'expérience en ce qui concerne les belles transformations visibles chez cette enfant que je connais maintenant depuis quelques mois et qui se sont faites pas après pas.

 

Si je compare la fillette qu'elle était au début septembre avec celle qu'elle est aujourd'hui, je constate facilement que l'Éducation Nouvelle dans sa vie lui a  apporté de beaux et grands bienfaits. Cette petite a beaucoup changé. Elle rayonne maintenant.

 

À vous d'en tirer vos propres conclusions:

 

- Ses dessins sont à tous les jours remplis de belles couleurs avec de beaux mots du cœur qui les accompagnent. Avant, une seule couleur, souvent le noir et elle disait toujours qu'ils étaient manqués.

 

- Tous les jours, elle est souriante et agréable dans ses relations avec les pairs et les adultes. Les enfants veulent se mettre en équipe avec elle et

il n'y a plus de plainte à son sujet. Dorénavant, elle est douce, aimable et joyeuse. Avant elle était si malheureuse, boudeuse et tendue qu'elle se grattait les bras jusqu'au sang. Elle avait des blessures partout sur ceux-ci. En septembre, une journée, j'ai dû lui mettre plusieurs pansements tellement ses blessures étaient au vif. Maintenant elle a complètement cessé ce grattage et dès qu'elle trouve un petit moment de libre, elle va dessiner tout de suite sa joie et son amour puis elle vient me le montrer. Elle aime me dire qu'elle a dessiné de la beauté et de la bonté. Voilà quelques exemples la concernant.

 

Je continuerai prochainement à vous raconter d'autres victoires comme celle-ci avec d'autres élèves de la classe. Vraiment c'est merveilleux!

 

À bientôt!

 

Chantal

 

 

 

 

 

Le 28 novembre 2016

 

Bonsoir à vous tous,

 

Je vous transmets ci-dessous un enseignement que j'avais reçu de Sylvie. Je l'ai mis en pratique et je peux vous dire que c'est très beau de voir que cela fonctionne très bien. Les élèves qui bloquaient au niveau de l'écriture ne veulent plus maintenant que j'écrive leurs phrases pour eux, mais ils souhaitent plutôt le faire par eux-mêmes et sont heureux de le faire.

 

Voici cet enseignement: 

 

Des enfants bloqués qui ne veulent pas écrire c'est assez fréquent, car ce n'est pas nécessairement l'âge à 6 ans où on est mûr. C'est normal de laisser du temps, on n'a pas à forcer et en trois mois un enfant peut savoir lire et écrire s'il le veut. Donc il ne faut surtout pas s'en faire et montrer à l'enfant qu'on le respecte dans le fait qu'on est bien en harmonie dans le groupe. Un enfant qui est bloqué aujourd'hui et qui n'est pas spécialement perturbateur, seulement il ne veut pas faire, mais il va se dévoiler à travers sa liberté d'écriture. C'est là qu'il faut valoriser et parler à sa place. Lorsqu'il dessine, je lui demande d'expliquer son dessin. Alors il me l'explique et je cherche à mettre en valeur les mots les plus beaux: '' Tiens tu m'as dit un mot, mais c'est extraordinaire, mais qu'est-ce qu'on va en faire de ce mot? Et il y en a un autre qui est beau, ce sont des perles! Ton dessin il révèle cela, il dit cela! Alors l'enfant cherche sa phrase et même si on ajoute un mot pour l'aider, c'est parfait! Alors j'écris sa phrase sur un papier et l'enfant la réécrit sur sa feuille pour accompagner son dessin. Il arrive parfois que l'enfant veuille que je lui écrive sa phrase et je lui écris. Cependant l'enfant se sait porteur de cette pensée qui est belle. Cette façon de faire débloque l'écrit en un temps vraiment record. Il faut aider le passage. Sans cela l'enfant est devant quelque chose qui le rebute. C'est tout à fait logique. Donc nous pouvons mêler nos mots aux siens en l'aidant à créer son image. Si on met du sens dans tout ce que nous entreprenons avec les enfants, ils adhèrent. Ils ont une soif de se révéler dans le sens, c'est-à-dire leur âme qui n'est pas encore bloquée par les carcans matérialistes même s'ils en souffrent.

 

Joie et harmonie dans votre classe ou avec les enfants que vous accompagnez!

 

Chantal

 

 

 

 

 

 

                  

 

 

 

 

                   2 novembre 2016   

                   Activité et idées 

 

Voici de beaux courriels reçus de Sylvie. Je vous transmets toutes ces belles idées : C'est un succès, les enfants ont beaucoup aimé!

 

 

 

 

 

 

 

 

Activité à partir de la cabane d'oiseau :

 

et si j'étais enfant oiseau aux ailes couleur de ciel...

 

Je vais dessiner ma cabane à oiseaux: pour eux et pour mes rêves

 

Je leur donnerai mes rêves, mes rêves que je porte dans mes mains avec les miettes de mon gâteau.

 

Ce que je dirai aux oiseaux que je nourris chaque jour de mon Coeur et de mon pain dans le froid de l'hiver.

 

 

 

Idées:

 

Il y a aussi les noyaux, les grosses graines porteuses de vie que les enfants aiment porter dans leur main: '' Demain, la graine grandira en arbre géant qui nourriront mes enfants et les enfants de mon pays et le vent emportera les nouvelles graines sur d'autres terres. Je tiens dans mes mains un verger de fruits d'Amour ! ''

 

Penser pour les tableaux éphémères individuels et collectifs :

mettre à sécher pelures d'oranges, peau d'avocat, garder le bois des têtes d'ail....+++ à nous de faire notre stock

puis quand tu auras des fils de couleur de différentes grosseurs et textures + miettes..., tu auras de quoi pour les tableaux individuels.

Garde le tableau collectif pour échauffer l'imaginaire de groupe avec des matières plus rustiques qui sont de leur apport et de vos sorties.

 

Le plein de Joie pour la semaine!

Sylvie

 

 

 

 

 

 

Le 30 octobre 2016

 

Les jeunes imitent facilement les aînés, surtout ceux qui sont célèbres, mais sans connaître vraiment la signification de leurs gestes. Certains gestes sont même considérés comme sataniques. C'est très grave. Plusieurs informations sont données sur internet pour y voir très clair sur les signes de la main, la signification des gestes de la main. Informons notre entourage!

 

Parents, éducateurs, grands-parents, devons être d'une très grande vigilance et savoir ce que vivent nos jeunes. C'est de notre rôle d'expliquer qu'on ne peut avoir des gestes sans qu'ils soient un langage et qu'ils ont une vie positive ou négative.

 

 

Voici ci-dessous de quoi orienter la pensée de tous les intervenants et celle des enfants c'est important. ( par Sylvie Le Trouit )

 

 

Qu'est-ce que la bonté? qu'est-ce que la méchanceté?

Comment reconnaître un acte bon?

Comment reconnaître un acte méchant?

Qui ment? qui dit la vérité?

Peut-on mentir?

Peut-on dire toujours la vérité?

Et les Lois dans l'Univers, celle qui ont construit le Ciel et la terre, que disent-elles? Sont-elles capables de punir? Comment punissent-elles? Connaissez-vous la Loi des Energies?

Comment être compris quand on dit la Vérité?

Que veut dire avoir du cœur, ne pas avoir du cœur?

Dans la Loi des Energies, il n'y a qu'avoir du Coeur qui compte. Comment vas-tu faire, toi, pour vivre avec le Coeur? Le cœur dans ton corps, le cœur dans tes mains? Dessine les mains du cœur et dis-moi ce que font tes mains, ce qu'elles disent avec le Coeur. Tes mains parlent pour ton Coeur. Alors tu es dans la bonne Énergie du Ciel et de la Terre. Tu es plus joyeux, plus heureux, plus généreux. Autrement, c'est la nuit dans tes mains, on n'a rien à offrir que des formes sans cœur, sans joie, sans amour.

Non, on n'est pas poète si la nuit habite nos mains. On vit avec le monde, mais pas avec notre cœur.

Mais alors, on n'a pas de cœur??? Qui va dire qu'il n'a pas de cœur?

Personne ne le dira. C'est à toi enfant poète, d'écouter ton cœur, de vivre comme ton cœur te parle.

L'enfant-poète au grand Coeur ne peut vivre sans ouvrir son cœur à tous, comme un soleil pour tous.

 

 

 

Poème de Sylvie Le Trouit  pour les enfants de la terre:

 

Le cœur dans mes mains

 

Je nage dans l'océan du monde, dans l'océan du jour et de la nuit

 

Je cherche le parfum des roses, je marche dans la laideur.

 

Comment rester pur soleil dans les fumées du monde?

 

Je tends mes mains vers les fleurs, vers le ciel,

 

Je mets mon cœur dans mes mains

 

Je donne mon cœur aux fleurs, aux étoiles du ciel, à ceux que j'aime

 

Et quand je traverse l'océan de fumées

 

J'appelle la fleur et l'étoile et le ciel

 

À grandir mon Coeur dans mes mains

 

Pour que mon soleil d'Amour Rayonne dans l'océan du monde

 

Pour que mon soleil d'Amour brûle les fumées

 

Toutes les fumées qui sont ombre de tristesse sur la terre

 

Sur mon soleil, le soleil de mon cœur pour tous

 

Je vous le donne

 

Avec mes yeux avec mes mains avec mon cœur, là qui bat fort,

 

Avec mon Coeur étoile du Ciel, fontaine d'Amour pour tous.

 

Viens avec moi donner la Paix à la Terre

 

Avec le Coeur dans nos mains

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 25 septembre 2016

 

Bonjour à vous,

 

Je viens de réentendre un enregistrement téléphonique que j'avais eu avec Sylvie le 7 février 2016. Je le trouve bien riche, je vous en ai donc fait une transcription. Bonne lecture! Dans l'amour pour les enfants!

 

C'est le matin que le travail avec l'âme, le travail de créativité se fait. L'après-midi les enfants digèrent et ils peuvent même souffrir. Le moment le plus fort c'est le matin. L'après-midi ils sont fatigués. Il y a au moins, plus d'une heure au moins, presque la moitié de l'après-midi, qui doit être réservée à une détente du corps. Il faudrait que tu puisses les faire s'allonger et se détendre totalement. Ils sont stressés, épuisés puisque certains sont levés depuis très longtemps. Ils ne devraient même pas être à l'école l'après-midi! En fait l'après-midi devrait être consacré à des libertés. 

 

Lorsque les enfants reviennent du sport, Ils ont le corps fatigué, excité.  Ils ne sont plus disponibles pour la conscience élevée. Ils peuvent en avoir mal au crâne, mal à la tête de passer du sport à la conscience élevée. Par contre, on peut dire que oui on a écrit, alors on va se détendre.

 

Ils ont aussi besoin de se défouler. Ce qu'on oublie c'est qu'on prend les enfants pour des personnes qui ont déjà un acquis de sagesse, mais leur corps a besoin d'expansion constamment, d'expression, de vitalité à exprimer. Si on restreint cela, on a des élèves difficiles en après-midi. C'est là où tu dois tenter l'expérience de leur permettre d'un peu s'allonger 20 minutes ou une demi-heure pour s'apaiser et c'est aussi le temps de la digestion juste après quand ils rentrent. Ensuite je peux leur lire une histoire, je les nourris, je les enrichis, je les construits à travers quelque chose qui porte en même temps au travail pédagogique, mais qui les porte à être paisibles. Ensuite ils ont aussi droit à leur récréation. Tu dois parsemer le temps de vie des enfants de telle manière que tu mettes des soupapes de l'énergie de dégagement de l'enfant. J'ai vu des enfants dans une école bondir sur des chaises, car à 15h ils n'étaient plus tenables. On ne peut pas saturer. Par contre tu peux revenir à quelque chose 20 minutes à un petit acte qui correspond à ta planification scolaire, là ils vont le faire après la récréation par ce que la partie lourde de la digestion qui fatigue est en partie faite, que l'enfant ne supporte pas forcément et ils auront eu leur temps de défoulement. Tu termines par un rassemblement. Tu gères par petites périodes et tu ne dépasses pas les 30 minutes d'observation de l'enfant à ta demande. Tu vois comme ce n'est pas facile. Il faut fixer nos demandes plus concrètes dans des temps où ils sont disponibles.

 

Le fait que tu fasses tout pour que les enfants s'épanouissent, c'est cela qui

te rallie aux parents.

 

 

 


 

Nouvelle année scolaire, année 2016-2017 ci-dessus qui débute!

Bienvenue!

 


 

Le 4 juin 2016

 

J'ai remarqué que les enfants utilisaient souvent le mot beauté dans leurs poèmes. Je sais que j'ai beaucoup employé ce mot avec eux. J'ai demandé à Sylvie Le Trouit, la poète, si elle avait des moyens pour m'aider à accompagner les enfants afin qu'ils ouvrent à de nouveaux mots dans leurs poèmes. Voici ci-dessous la transcription des pistes qu'elle m'a données et dont j'aimerais vous faire part.

 

C'est bien qu'il y ait des comparaisons. On est dans l'image du poète.

Si on dit je vais faire une image de beauté, on va remettre le mot beauté donc il faut que les pistes soient plus diversifiées sur le thème de la beauté.  En fait au départ, l'enfant peut mettre tout ce qu'il pense sur la beauté: sa joie, son goût de vivre, le soleil, sa force. Ce sont ces mots là que tu prends:  ma force comme.... et après on enlève le comme. Ma force est un champ de roses ( parce que le champ des roses me donne de la force ). Autre exemple: Que dit la rose? Finalement, c'est un dialogue avec la nature dans tous ses états. Notre propre dialogue intérieur qui se mêle dans ces comparaisons. Tu sais on dit qu'on fait parler un animal pour dire des choses très sages dans les contes. Et bien là tu peux dire que le mot beauté, on a besoin de le vivre. Et qui peut nous parler de beauté si ce n'est pas la nature, l'infini, les étoiles, tout ce qui est possible qui est vivant. On ne va pas dire qu'une chaise va parler de beauté! Donc on va utiliser tous les éléments qui sont autour de l'enfant et qui sont plus attirants pour lui. Par exemple, la marmotte dans les signes des amérindiens a une importance. Elle est un symbole. Il faut partir des symboles: Pourquoi la marmotte? Qu'est-ce qu'elle peut nous dire la marmotte qui est important?  En fait chaque animal, chaque plante a aussi  son langage silencieux qui nous apporte un mot de sagesse. Même si l'enfant commence par mettre le mot beauté, il va mettre un autre mot à côté.Tu te saisis de cet autre mot. Si l'enfant me dit : '' J'aime la nature parce que c'est de la beauté. '' Et qu'il reste bloqué là, je peux lui demander: '' Dans la nature qu'est-ce que j'aime? Comment elle me parle à moi la nature ?''

Alors cela fait un ensemble de questions et je prends que les réponses et cela me fait un poème. Si on dit je parle du thème '' ma joie de vivre '' ou '' ma force '', je mets plein de réponses. Je la puise ma force dans la nature. Je vois dans le cœur de la fleur ou la goutte de rosée ce qu'elle me dit la fleur ou la goutte de la rosée.

 

 

Le 23 mai 2016

 

Comment choisir les pépites d'or de leur carnet de poète?

 

Dire aux enfants que dans notre cœur de poète il y a le simple regard sur la vie qui ne nous apprend rien et il y a l'image, ce qu'on veut garder parce que c'est beau. Cette idée de beauté c'est cela les pépites. Dans les écrits de chacun il y a un petit ensemble de phrases plus ou moins poétiques, donc il faut choisir les meilleures, ce que l'enfant veut choisir comme meilleures. C'est lui qui choisit. On leur dit que l'on va choisir les meilleures, car on ne va pas faire un grand livre, on va faire un petit carnet illustré de tous. Chaque petit mot est illustré, décoré par l'enfant. Chacun a sa page. On ne peut pas mettre 50 lignes. Ce qui permet aussi une simplification, un temps, une mise en valeur et apprendre à choisir dans sa propre création.

 

Maintenant pour un travail collectif, c'est intéressant de dire qu'ils ont tous donné leurs pensées, mais qu'il y a des pensées qui sont plus poèmes, plus images et d'autres moins. Quelles sont celles qui sont plus images, plus poèmes et ceux qui sont c'est la vérité là sous les yeux? Donc les enfants font la différence. C'est normal qu'ils acceptent. On ne peut pas dire pour faire plaisir à tout le monde qu'on fait une sauce diluée de la beauté. Les enfants vont accepter, car eux-mêmes sont acteurs. Ils vont donc à la suite de cette exigence de beauté la vouloir eux-mêmes. C'est la seule manière de les engager aussi à dire que l'on commence par dire des choses qui sont une évidence, qui sont juste ce qu'on a sous les yeux et cela on ne peut pas appeler cela un poème, par exemple dire une fleur est une fleur cela ne va pas apprendre grand chose à personne. Cependant si je dis: '' Cette fleur toute orange a le regard d'amour de ma mère, de mon père, alors voilà une parole du cœur. Qu'est-ce qu'un poème, une parole du cœur, une image, une pensée qui est un pont, un petit pont! Mais s'il n'y a pas un petit pont, alors on s'ennuie. L'enfant comprend qu'il ne peut pas avoir tout réussi partout. C'est à la fois la loi de la nature.

 

Chaque enfant évolue à son rythme, sans problème. Parfois avant que l'enfant écrive un poème cela peut prendre un an et au bout de ce temps il peut écrire le plus beau poème de l'année!  Quel bonheur de toujours les valoriser et de partager cette joie avec chacun d'eux quand ils arrivent à écrire leur première phrase poème, ils sont si heureux! Il s'agit d'avoir un mot d'encouragement. Nous ne sommes pas poète cent pour cent tout le temps! Nous avons des instants de regard de poète. On a des instants de rêveur qui dort, des instants de joueur, des instants de sportif. Chacun a un instant et on n'écrit pas forcément au bon instant. Notre exigence est amour ce n'est pas condamnation. On peut leur dire que là on ne peut pas appeler cela un poème, là c'est une description ou une réponse de tous les jours. Un poème nous apporte un plus. Je peux leur donner des exemples. Si je dis : '' Je bois à ma tasse. '' Cela est une description. Si la tasse est devant soi et que je dis que je bois la lumière de la vie dans la tasse ou si je dis que je bois à la source mystérieuse, c'est déjà plus que je bois à la tasse. Il y a un plus! On essaie de leur montrer cela, le petit mot qui met de la couleur, un acte, une image, un sens, etc.

 

 

Le 23 mai 2016

 

Inviter les parents et présenter les pépites d'or des enfants:

 

Il est important de valoriser l'enfant, qu'il voit que son écrit n'est pas oublié dans un tiroir. Cela éduque les parents et cela est très important parce que souvent l'enseignant est avec les enfants et il n'a pas le temps d'explications aux parents et si l'enfant ne communique pas à la maison, les parents ne savent pas et ils ne sont pas aussi préparés à cette parole plus forte, plus pausée, plus libre de l'enfant et souvent c'est un problème. Par l'acte de l'enseignant d'aller jusqu'au bout pour valoriser l'enfant, il permet une meilleure compréhension de la part des parents pour leurs enfants, puis c'est un acte d'Amour et d'Unité, c'est très complet. On suscite la liberté de l'âme et d'elle-même l'âme sait choisir ce qui est beau, alors les pépites les enfants vont les trouver. C'est vraiment extraordinaire ce sens de la qualité de la beauté quand les enfants sont détendus et qu'ils ont le droit de l'exprimer. Ils sont libres tout en sachant parfaitement ce qui est bien.

 

 

Le 23 mai 2016

 

Un enseignant de Bretagne avait fait une thèse sur l'intelligence intuitive de l'enfant . C'est l'intuition de l'âme qui fait que, même si les mots de l'histoire sont un peu complexes, les enfants pressentent la pensée de l'auteur, le message transmis. Par exemple, si on leur lit un passage qui serait plutôt pour les adultes, les enfants arrivent parfaitement à trouver le mot clé. On n'a pas besoin de chercher tant à trouver la parole adaptée, il faut simplifier. L'enfant a besoin d'être considéré quasiment comme un adulte,

( relativement facile bien sûr ), mais il a besoin de cela.

 

 

Le 18 mai 2016

 

Après plusieurs notes de cristal, lorsque les élèves ont tous créé de belles phrases-poèmes dans leur carnet de poète, nous pouvons par la suite dire aux enfants: '' Quels sont les pépites pour faire le poème collectif? '' Chacun a ses poèmes, mais on a les pépites d'or. On va choisir ensemble, les plus belles réponses et cela élève aussi cette conscience de la beauté. On est tous créateurs, on a tous nos propres créations, mais on va garder le meilleur pour en faire un petit livret du groupe avec les pépites d'or, c'est quoi le meilleur, sans dire c'est un tel, un tel ou un tel. Puis on peut faire des photocopies avec les pépites d'or.

 

 

Le 12 mai 2016

 

La note de cristal

( Les mots, la phrase qui vibre tout le jour )

 

Après quelques jours, les enfants vont s' habituer à avoir une pensée qui grandit dans la journée, sans obligation, mais dans leur liberté intérieure. Tous ne le feront pas, mais ceux qui feront montrent ainsi qu'ils sont engagés concrètement à faire vivre leur âme vraiment en eux-mêmes et constamment. C'est très beau, de belles surprises vous attendent. Et vous semez, vous faites grandir l'arbre de joie en chacun. Le mot qui vibre tout le jour, cela peut être: ''joie de vivre'', '' la couleur du temps '', ''Je marche sur la terre et qu'est-ce que je fais sur la terre?'' Voilà des exemples de notes de cristal et cela va faire grandir. Vous trouverez une banque d'idées de notes de cristal sur ce site et l'expérience vécue plus détaillée dans l'onglet '' EXPÉRIENCE '' le

 

 

Le 11 mai 2016

 

Rassembler le groupe, le cœur du groupe et instaurer un rituel de salut, le bonjour dans les yeux. Il est important de personnifier le bonjour pour chaque enfant. Le regard dans les yeux est important. C'est partager son âme, c'est donner tout de soi et on voit clairement qui est en face de soi.  Pour les enfants plus vieux, serrer la main c'est transmettre son énergie d'amour, un encouragement même silencieux. Pour les enfants plus jeunes, on adapte ce geste à leur âge. Puis on peut ajouter un mot de réconfort, un mot de joie, une perspective qui soit encourageante pour l'enfant. Parlons de la '' note de cristal. '' On peut ajouter au bout d'un moment quand on voit l'instant favorable, c'est à nous à trouver le rythme, l'équilibre, la joie de vivre. La note de cristal c'est un mot qui  vibre tout le jour, c'est une graine qui va germer dans la journée.  Je vous en parlerai davantage demain.

 

 

Le 9 mai 2016

 

Les enfants de première année sont très jeunes pour vivre des examens. N'en faire pas trop. Détendre l'atmosphère sans zèle. Répondre spontanément aux situations de réconfort, d'unité, d'entraide, de non course à la production. Je montre que je vis à un autre rythme, une autre qualité relationnelle. Pas de leçon en si peu de temps, mais créer l'entraide fraternelle avant tout et dans la bonne humeur. Protéger les enfants de la pression, mettre un frein à l'exigence si on la trouve exagérée. Joie et Amour!

 

 

Le 19 avril 2016

 

Le poème que Sylvie a toujours porté c'est: '' Le pommier ''. Si je le lis aux enfants, je le lis calmement et je leur présente. Il faut mettre une introduction à tous actes de la pensée élevée. Les enfants ne peuvent arriver en coup de vent, on se pose et on lit un poème, non. Il faut avoir avec eux ce lien d'unité, d'amour, de détente du cœur et du corps pour que les enfants soient réceptifs. Donc je leur mets la qualité de l'écoute en introduction à la lecture du poème. Je leur explique comment j'ai eu ce poème. Je leur parle de Laura. Tout cela fait partie de notre histoire. Et puis je le lis plusieurs fois pour qu'ils entendent bien, qu'ils le retiennent et je leur demande qu'ils le dessinent. Quel est le mot ou la pensée qui leur vient avec ce poème? Cela va faire quelque chose de beau en tant que dessin et en tant que pensée. Il faut donc le temps et souvent on est pris par le temps et on saute des actes qui pourraient être extraordinaires parce qu'on veut aller trop vite. Prendre le temps, c'est respiration de joie. Faire plaisir aux enfants d'une manière vraiment....comme une mère! Les enfants ont besoin de cela, un temps hors de ce monde qui les dévore et qui leur fait très peur. En fait les enfants sont glacés d'horreur devant  l'attitude des adultes et de ce que devient le monde. Ils ne sont absolument pas coupés de la réalité. Ce sont eux qui connaissent intuitivement la vérité au niveau de ce qu'il en est des drames de la terre parce qu'ils sont encore en lien avec l'âme, mais ils n'osent même pas le prononcer. Donc sachant cela, je vais mettre en place ce temps intérieur comme une fleur qui s'ouvre, comme la grosse fleur verte d'un autre poème. C'est très important cela doit être un moment de joie pour moi aussi! Juste un poème suffit à l'éveil de la conscience pour le dessin, il résume même un état d'être, une vibration élevée. Si je lis un conte, on est déjà plus dans une source abondante qui a une dynamique, un autre temps, une autre portée. Il faut prendre du temps aussi, en plusieurs étapes si on veut vraiment aller dans un conte. Mais le poème, en une fois, on peut unir et élever. Pour les enfants c'est bien parce qu'ils en n'ont pas trop. Je peux faire un lien du groupe par exemple en disant qu'aujourd'hui il y aura un poème que j'ai choisi tout spécialement, parce que c'est celui-là que je trouve qui est très bien pour eux. À chaque fois je ne leur impose pas sans donner la raison de mon choix. Cela rentre dans une logique de dialogue dans leur capacité de comprendre que je suis aussi un être vivant avec eux, que je prends soin d'avoir une logique d'amour et que je ne m'impose pas. Cela ne va peut-être pas satisfaire tous parce qu'ils ne sont pas tous prêts, mais les plus sensibles, ceux qui ont l'âme vraiment révélée vont pouvoir être très heureux.

 

 

Le 9 avril 2016

 

Lorsque les enfants commencent à être agités, je leur demande de ne pas casser la belle activité que nous venons de terminer et je mets  une belle musique douce. Je leur fais faire des mouvements pour se détendre et retrouver l'équilibre parce qu'un enfant est toute vitalité, il a donc besoin de bouger, il tient 20 minutes. Si mon conte dépasse 20 minutes et qu'il est passionnant plus de la moitié va suivre, mais il y en a une autre petite moitié qui aura de la difficulté à tenir même si c'est passionnant parce que leur temps d'écoute est terminé.

 

 

Le 29 mars 2016

- Une belle boîte à mots, à phrases et à dessins quand on a le cœur heureux.

- Les enfants ont appris à signer leur nom. Signer c'est se reconnaître soi-même. Ils signent leurs mots, phrases ou dessins en y ajoutant un petit cœur ou une fleur. Tout cela construit la personne, l'individu dans son choix.

- Je crée une belle ambiance dans la classe, quelque chose qui est doux, mais qui n'a pas d'emprise sur leurs actes. Cela peut être de belles images de la nature sur le tableau numérique ou l'écoute de belles musiques du monde. On fait un tour du monde en même temps que l'on dessine. J'ouvre l'esprit: le Québec, les Indiens d'Amérique, le Vietnam, Madagascar, l'Afrique, la Norvège, etc. Sans faire du favoritisme, toutes nos bonnes pensées touchent tous les pays du monde. Ils existent et nous aussi, nous avons une pensée d'Amour pour les enfants de ces pays. Je ne suis pas tout seul sur la terre comme enfant. J'ouvre dans une grande simplicité. C'est une invitation à l'unité.

 

 

Le 29 mars 2016

 

- Quand je termine la lecture d'un beau conte, les enfants n'ont pas forcément envie de quitter le conte. Alors il faut prendre son temps. Il faut laisser '' une respiration '', nous enseignants qui sommes si pressés. Je laisse un moment de silence en leur permettant de se poser et en leur disant que c'est un conte qui nous montre l'amour et que nous aussi on est heureux, car on est des enfants qui ont le cœur bon et on va continuer en le dessinant parce que on montrera notre cœur bon, notre pensée qui est belle. C'est cela être vraiment un enfant, après un adulte, hommes et femmes qui sont forts parce qu'ils disent la vérité et qu'ils parlent juste dans leur cœur. Alors on est un instrument de musique et on fait raisonner la corde d'amour. On respire. On ferme les yeux même deux minutes et après on va dessiner et ou écrire ce qu'on a gardé de plus beau de l'histoire. Si un enfant veut plutôt parler de la musique qu'il a entendu, il parle de la musique. S'il ne veut pas parler du conte, il ne veut pas parler du conte. Je ne peux pas forcer une petite création.

 

29 mars 2016

Si un enfant ne veut pas écrire une phrase, je peux lui demander un mot. Cela ne doit jamais se terminer par un blocage ou un fiasco ou paraître pour celle qui accepte tout. Je négocie: " Tu ne veux pas me donner une phrase alors tu me trouves '' le plus beau mot dans ta tête, c'est le tien'' et du coup il va le faire.